Chorégraphie : Mélanie Demers 
Musique originale : Jacques Poulin-Denis 
En scène : Jacques Poulin-Denis et Mélanie Demers
Lumières : David Perreault Ninacs
Conseiller artistique : Boyzie Cekwana
Année de création : 2006
Durée : 35 min ou 60 min 2 versions disponibles


Les Angles Morts se déploie sous la forme d’un petit manifeste. Comme une invitation à ouvrir les yeux collectivement. Comme une incitation à regarder nos maladresses, nos moments de détresse et nos actes manqués. Comme une déclaration d’humanité.

Il existe 1000 raisons pour vouloir fermer les yeux devant le spectacle incessant de la misère et de la barbarie. Mais existe-t-il une bonne raison pour regarder et se regarder en face? Une bonne raison pour voir, pour se mouvoir et s’émouvoir?

C’est la question à laquelle tente de répondre les protagonistes de la pièce, à la fois bourreaux et victimes de leur histoire. Tentant d’échapper à leur condition, ils s’inventent un nouvel ordre où il est peut-être possible de vivre les yeux ouverts.

Les Angles Morts a reçu le support du Conseil des Arts du Canada, du Conseil des arts et des lettres du Québec et a été créée en résidence dans le cadre du Dark Room Project à Lier, au CCN de Rillieux-la-Pape - Compagnie Maguy Marin et au MAI(Montréal, arts interculturels).

[…] Pour la courageuse remise en question du rôle de l’artiste et de l’humain en lui, pour la charge émotive et la cohérence d’une œuvre tout en images et en atmosphères signée Mélanie Demers […]
F. Cabado, Voir, décembre 07

Mélanie Demers does not waste a single second in submerging us in her world […] It is very difficult to qualify or even quantify Les Angles Morts because it works at such an experiential level that discussing it inevitably feels futile. The only way to truly appreciate it is to experience it. It will move you to action, and even maybe to creation. 
S. Vestricht, Indyish, avril 07

[…] Mélanie Demers et Jacques Poulin-Denis sont des danseurs hors pairs; fluidité, sobriété, engagement et précision sont au rendez-vous. Par conséquent ces deux corps irradient d’une présence qui parle […] Belle poésie engagée. 
È. Lalonde, Dfdanse, avril 07